Catégories d'armes atomiques

Arme de 1ére génération

    Le 16 juillet 1945 aux Etats Unis la toute première bombe atomique fut testé près d'Alamogordo dans le Nouveau Mexique. Cette arme fut élaborée et testée dans le cadre du projet Manhattan qui vu le jour en août 1942. Cette bombe atomique est une arme à fission nucléaire, elle fait ainsi partie des armes de première génération. Ces bombes ont une puissance d'environs 20 000 t de trinitrotoluène (TNT).

    Plusieurs systèmes ont été réalisés pour mettre à feu une bombe atomique :
- Le plus simple est le type revolver : à l'intérieur de la bombe en forme de tube, un projectile de matière fissible est tiré sur une cible fabriqué avec le même matériau, de manière à ce qu'ils se soudent ensemble pour constituer un assemblage surcritique.

- Une méthode plus complexe, dite à implosion, est utilisée dans les bombes sphériques. La partie externe de la sphère est constituée d'une couche de pièces de formes spéciales parfaitement ajustées, appelé lentilles. Elle est faite d'un puissant explosif et conçu pou concentrer le souffle vers le centre de la bombe. Chaque partie de l'explosif est équipé d'un détonateur relié à tous les autres. Une impulsion électrique provoque l'explosion simultanée de toutes les parties, produisant une onde de choc qui converge vers le centre de la bombe. Là, une sphère de matière fissible est alors comprimée par ces forces de pression importante (implosion). La densité du métal s'accroît et un assemblage surcritique est constitué.

Armes de seconde génération

    Ces armes sont dites thermonucléaires ou plus communément appelé bombe H ou hydrogène. Ces bombes furent mises au point après la seconde guerre mondiale afin d'exploiter l'énergie d'éléments légers tels que l'hydrogène. Dans ces projectiles l'énergis provient du processus de fusion. Cette technologie permet la fabrication d'armes de puissance allant d'1 kilotonne de TNT à plusieurs mégatonnes (millions de tonnes de TNT). De plus les dimensions de la bombe en furent considérablement réduites permettant ainsi la fabrication de tête nucléaire pour missiles pouvant équiper avions et sous-marins.

    Cette arme a fusion comporte 2 niveaux. Le premier étage est constituer d'une bombe A, qui joue le rôle de détonateur afin de permettre la réaction de fusion entre les atomes de deutérium et de tritium (tous deux isotopes de l'atome d'hydrogène). En effet, jusqu'à présent, seule une explosion issue de la fission a permis de produire les températures et les pressions élevées nécessaires au déclenchement de l'explosion thermonucléaire dans une bombe hydrogène. Il est nécessaire d'atteindre des températures très élevées car à courte portée, les noyaux chargé de façon positive exercent des forces électriques répulsives les uns sur les autres. Ces forces doivent être vaincues afin de rassembler suffisamment les noyaux et augmenter ainsi la probabilité de production de réaction de fusion.

 

Ci-contre une arme de seconde génération
le missile aérospacial thermonucléaire ASMP

 

Armes de troisième génération ou bombe à neutrons

    La bombe a neutrons est dites à rayonnement renforcé, appelé aussi ANSKT. Elle est due à l'Américain Samuel Cohen. Cette bombe miniaturisée à fusion nucléaire de faible puissance est conçue de telle manière à ce que la proportion des différents effets (qui sont décrits dans la partie suivant) soit modifiée au profit du rayonnement neutronique.
Cette bombe permet de frapper des concentrations de force blindées sans causer trop de dommage à l'environnement (forêts, constructions,…). En effet bien que les neutrons traversent les blindages les plus épais en émettant des rayonnements , neutralisent les personnels et rendent inopérant tous les circuits électroniques, Ce rayonnement est facilement arrêté par des matériaux légers (tel que le sable, la terre, l'eau,…). De plus chaleur, déflagration et retombées radioactives sont de 10 à 100 fois inférieures à celles des bombes thermonucléaires de même puissance.


Armes de quatrième génération

    Les armes de quatrième génération seront, car a l'heure qu'il est de telles armes sont inexistantes, des armes nucléaires à fusion pure. C'est à dire qu'il n'y aura pas besoin d'avoir recourt à une explosion de fission pour amorcer la réaction de fusion. Ces armes ont longtemps été considérées comme "souhaitable" par les concepteurs, en partie parce qu'elles ne produiraient pas de retombées de produit de fission, c'est à dire sans radioactivité résiduelle.




Rencontres par departement | Rencontres pas régions | Vacances Essaouira | Carburants bio